nul


nul

nul, nulle [ nyl ] adj. et pron.
• 842; lat. nullus
I A Adj. indéf. Littér. (accompagné d'une négation, et placé devant le nom) Pas un. aucun. Littér. (au plur.) « Nulles paroles n'égaleront jamais la tendresse d'un tel langage » (Musset). B
1(Employé avec ne) Nul homme n'en sera exempté. 2. personne. Nulle chose ne manque. rien. Je n'en ai nul besoin. 2. pas. Nul autre n'en est capable.
2(Sans négation exprimée) « Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense » (La Fontaine). Des choses de nulle importance, de nulle valeur. Nul doute qu'il accepte. Cour. Nulle part. 1. part (III). Ellipt (sans v. exprimé) Nulle paix pour lui. Nul doute. « Fiévreuses années ! Nul répit, nulle relâche » (R. Rolland).
3(Avec sans) Agir sans nulle crainte. Sans nulle exception. Sans nul doute.
4 Pron. indéf. sing. (employé comme sujet) Littér. ou admin. Pas une personne. aucun, 2. personne. Nul n'est censé ignorer la loi. Nul mieux que lui n'est capable de... Loc. À l'impossible nul n'est tenu.
(Après sans que) « Vous êtes à l'âge où un homme peut s'accorder une amie sans que nul y trouve à redire » (F. de Curel).
(Dans des adages) Nul ne plaide par procureur. Nulle peine sans loi (« Nulla pœna sine lege »).
II Adj. qualificatif (XVe) (toujours apr. le nom) Cour.
1Qui est sans existence, se réduit à rien. Différence nulle, égale à zéro. Les risques sont nuls : il n'y a pas de risques. ⇒ inexistant. Résultats nuls.
Qui reste sans résultat, sans décision. Match nul, où il n'y a ni gagnant ni perdant.
Dr. Qui n'a pas d'effet légal, en parlant d'un acte frappé de nullité. caduc. Toute disposition au profit d'un incapable sera nulle. Bulletin blanc et bulletin nul. Nul et non avenu. Rendre nul. annuler, infirmer. Par ext. Sans effet. Billet, papier nul par expiration de délai. périmé. Math. Application nulle, qui à tout élément de l'ensemble de départ associe l'élément zéro. Vecteur nul, dont toutes les composantes sont nulles.
2Qui ne vaut rien, pour la qualité, en parlant d'ouvrages de l'esprit, de travaux intellectuels. Un devoir nul, qui mérite zéro. Son dernier roman, son dernier film est nul.
(Personnes) Sans mérite intellectuel, sans valeur. Personne nulle. nullité. Paul « est incapable, il est nul, c'est un âne, un demeuré » (Cocteau). Très mauvais (dans un domaine particulier). Élève nul en maths. Pour le bricolage, je suis nul. incompétent.
Par ext. (v. 1980) Fam. Sans valeur par manque de bon sens. bête, crétin, idiot. T'es nul, c'est nul de lui avoir fait croire ça. Subst. Oh le nul ! imbécile. Bande de nuls !
3 N. f. Techn. Élément chiffré (caractère, mot, phrase) qui ne correspond à rien et qui est destiné à donner des garanties de sécurité supplémentaires. Les nulles d'un message chiffré.
⊗ CONTR. Beaucoup, chacun, tout; tous. Important, réel, valable ; éminent, 1. fort.

nul, nulle adjectif indéfini (latin nullus) [avant le nom]. Dans une phrase négative (avec ne), indique l'absence totale ; aucun, pas de : Je n'ai nulle envie de travailler.nul, nulle pronom indéfini Aucune personne (seulement comme sujet) : À l'impossible, nul n'est tenu.nul, nulle adjectif (après le nom) Qui n'existe pas, qui se réduit à rien, qui égale zéro : La récolte est presque nulle. Qui est dépourvu de mérite, d'intelligence, de valeur : Un élève nul. Un film nul. Qui est sans effet légal, qui est inexistant sur le plan juridique ; caduc. En termes de sports, de jeux, se dit d'une partie où les adversaires n'ont pu se départager : Faire match nul. Qui est totalement ignorant dans tel ou tel domaine. Se dit d'un angle, d'un secteur angulaire, d'un dièdre, d'un segment dont la mesure vaut zéro. ● nul, nulle (difficultés) pronom indéfini Accord Nul, adjectif, ne peut prendre la marque du pluriel que devant un nom qui n'a pas de singulier : nuls honoraires ne furent perçus ; nulles vacances n'ont jamais été aussi heureuses. Construction 1. Nul, adjectif ou pronom indéfini, se construit avec ne ou sans : nul argument ne pourrait la convaincre ; nul n'est censé ignorer la loi ; sans nulle part où aller. 2. Nul doute que. → doutenul, nulle (difficultés) adjectif (après le nom) Accord Nul, adjectif, ne peut prendre la marque du pluriel que devant un nom qui n'a pas de singulier : nuls honoraires ne furent perçus ; nulles vacances n'ont jamais été aussi heureuses. Construction 1. Nul, adjectif ou pronom indéfini, se construit avec ne ou sans : nul argument ne pourrait la convaincre ; nul n'est censé ignorer la loi ; sans nulle part où aller. 2. Nul doute que. → doutenul, nulle (expressions) adjectif (après le nom) Élément nul d'un ensemble muni d'une loi additive, élément neutre généralement noté 0. Matrice nulle, matrice dont tous les éléments sont égaux à zéro. Polynôme nul, polynôme dont tous les coefficients sont nuls. Vecteur nul, élément neutre pour l'addition d'un espace vectoriel. ● nul, nulle (synonymes) adjectif (après le nom) Qui n'existe pas, qui se réduit à rien, qui égale...
Synonymes :
Qui est dépourvu de mérite, d'intelligence, de valeur
Synonymes :
- bête
- sot
Contraires :
- bon
- mémorable
Qui est sans effet légal, qui est inexistant sur le...
Synonymes :
- invalidé
Qui est totalement ignorant dans tel ou tel domaine.
Synonymes :
- bête
- bouché (familier)
- nullard (familier)
- sot

nul, nulle
adj., Pron. et n.
rI./r adj. indéf. (Placé avant le nom.) Aucun, pas un. Nul homme n'est infaillible. Je n'en ai nul besoin.
|| Pron. indéf. masc. (Empl. comme sujet.) Personne. Nul n'est censé ignorer la loi.
rII./r adj. qualificatif (Placé après le nom.)
d1./d Qui équivaut à rien, qui est réduit à rien. Bénéfice nul. Visibilité nulle.
Match nul, sans vainqueur ni vaincu.
|| MATH égal à zéro.
Vecteur nul, dont toutes les composantes sont nulles.
d2./d DR Entaché de nullité. Testament nul. élection nulle. Syn. caduc.
d3./d Sans aucune valeur. Devoir nul.
d4./d Qui manque de capacité (dans tel domaine). Il est nul en anglais, en cuisine.
Absol. Ce candidat est absolument nul.
|| Subst. C'est un nul.

⇒NUL, NULLE, adj. et pron.
I.Adjectif
A.Adj. indéf. (Ne) ... nul(l)e + subst. [Accompagnant un subst. en position suj. ou en position compl.; marque une exclusion totale] Pas un. Synon. aucun.
Rem. Littér. sauf dans nulle part (infra)
1. [Dans une phrase où le verbe est précédé de ne]
a) Vx. [En emploi avec un subst. au plur.] Elle adorait son père, et quand il la bénissait en déposant un baiser sur son front incliné, nuls êtres au monde n'étaient plus heureux qu'eux (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p.298). Les demeures de l'âme immortelle luiront, Et nuls dieux ennemis ne les disperseront (LECONTE DE LISLE, Poèmes barb., 1878, p.126).
b) Au sing. Voyant qu'elle [la vie] ne contenoit nul bien pour compenser ses douleurs, je l'ai seulement tolérée comme un fardeau nécessaire (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p.3). Nulle force au monde n'eût empêché les spectateurs de se tourner vers la victime, pour voir si le coup avait porté (BERNANOS, Imposture, 1927, p.408). Nul moment, nul incident de cette formidable et neuve expérience, monsieur, qui n'excite vos réflexions (VALÉRY, Variété IV, 1938, p.75):
1. ... quelques aigles planaient dans le ciel bleu, on eût dit que jamais nul bruit, nul chant, nulle clameur de guerre, nulles fanfares de fêtes n'avaient troublé ce lieu paisible qui semble endormi d'un sommeil plein de sourires...
DU CAMP, Nil, 1854, p.78.
SYNT. N'avoir nul(le) besoin, crainte, envie (de qqc.); n'avoir nul(le) aptitude, autorité, avantage, devoir, excuse (pour qqc.).
Rem. S'emploie auj. encore au plur. avec des subst. comme dans l'ex. n° 1 qui n'ont pas de sing. ou qui ont un sens partic. au plur.: nulles funérailles, nuls frais. Il ne me rapporterait nuls gages que je n'en voudrais point d'autre! (CLAUDEL, Soul., 1944, 1re part., 1re journée, 8, p.973).
c) [Suivi de autre] Depuis nul autre instant de bonheur n'a pu diminuer le charme du souvenir que j'en conserve! (GENLIS, Chev. Cygne, t.2, 1795, p.243).
d) Ne... nul autre (que). [Autre étant un adj., un pron. ou un nom. désignant une pers. ou une chose] Il y a plus: nul autre que le président, à cette époque, n'a le droit de parler (FUSTEL DE COUL., Cité antique, 1864, p.319). Comme moi, mieux que moi, tu le sais bien, nul autre homme que toi n'existe, n'existera jamais pour elle (VOGÜÉ, Morts, 1899, p.398). Il chercha une arme. Nulle autre qu'un fort couteau à deux lames (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p.626):
2. ... ils sont la certitude en personne que nul autre qu'eux-mêmes ne saurait concevoir ni ce qu'ils exigent de leur être ni ce qu'ils espèrent de leur démon.
VALÉRY, Variété III, 1936, p.10.
Rem. Nul s'accorde avec le subst. que remplace autre ou peut rester invar. [Les hirondelles] ont moins à craindre que nul autre les bêtes de proie, avec une aile si légère (MICHELET, Oiseau, 1856, p.157). Ces beautés qui cultivèrent comme nulles autres la science difficile d'aider un artiste dans ses rapports avec le monde, sans l'empêcher de produire (BLANCHE, Modèles, 1928, p.51). Pour l'emploi de nul sans ne v. infra 4.
e) Ne... nulle part. En aucun lieu. Mais ma place n'est nulle part; je suis de trop (SARTRE, Nausée, 1938, p.156):
3. ... c'était des noms et des mots que l'on n'aurait entendus nulle part ailleurs dans tout Paris à cette époque...
VIGNY, Mém. inéd., 1863, p.161.
[Précédé d'une prép.] N'être de nulle part. Ce n'est pas la montagne de nos pays, ni de nulle part (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p.97). Dire que la maison elle-même n'est vue de nulle part, n'est-ce pas dire qu'elle est invisible? (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p.81).
2. [Sans corrélation avec ne, dans des réponses ou des phrases sans verbe] L'orgueil mettait partout des barrières, et nulle part des limites (STAËL, Consid., t.1, 1817, p.431). La cervelle du poète perspectif plus brouillée encore, la démence assise avec la misère à son établi: nulle commande, pas de pain (GONCOURT, Journal, 1856, p.281):
4. Nuls bruits que ceux de la nature agreste. On entendait quelques sonnailles (...), et les cris monotones des bouviers qui poussaient leur attelage en labourant...
PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p.245.
Nul doute. Oreste: Nul doute: c'est un homme qui est par là désigné (CLAUDEL, Choéphores, 1920, p.930). Nul doute cependant que ces effectifs ne participassent à l'essentiel occulte des valeurs (MALÈGUE, Augustin, t.2, 1933, p.300).
À nul autre (pareil, comparable). Les flots tumultueux jaillis de la fontaine à nulle autre pareille (PÉGUY, Ève, 1913, p.720). Que m'importe que ce tyran me tienne en laisse par un raffinement de procédés à nuls autres semblable? (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.56). Les vociférations funéraires des femmes de la Méditerranée sont à nulles autres pareilles (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.131).
3. [Employé avec sans] Sans nul égard, sans nulle nécessité. Le tout était une surface plane, sans nulle aspérité qui vous arrêtât (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, 765). Le régime paraissait (...) sans nulle mesure et sans nul rapport avec la défense, l'honneur, l'indépendance de la France (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, pp.3-4).
Sans nul doute. V. doute D 1 rem.
4. [En prop.interr., hypothétique, compar. ou, plus gén., en cont.négatif, sans corrélation avec ne et dans un sens proche du positif] Quelque... que ce soit.Tel son abri géant Était sorti de l'ombre et du chaos béant, Tel il avait grandi, sans que nulle aventure Entamât une fois sa frondaison obscure (BANVILLE, Exilés, 1874, p.64). C'est là —plus peut-être qu'en nul autre domaine —qu'éclate la folie de n'avoir pas eu dans ces dernières vingt-cinq années une production régulière (DU BOS, Journal, 1924, p.119).
B.Adj. qualificatif. Subst.+ nul(le)
1. a) Qui est inexistant.Le nez gros par le bout et nul à sa racine (BALZAC, Annette, t.1, 1824, p.24). Maintenant, les rentrées étaient complètement nulles, depuis que monsieur abandonnait ses malades (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p.223):
5. Rien autour de moi que la pluie sempiternelle, ou ce soleil blanc plus effrayant que la mort,
Qui ne me montre rien autour de moi que des figures aussi vaines que le sable, un peuple d'ombres nulles.
CLAUDEL, Pain dur, 1918, III, 2, p.463.
Emploi subst.masc. sing. à valeur de neutre. L'homme est plusieurs, la solitude est le vide, le nul —le mensonge (G. BATAILLE, Exp.int., 1943, p.82).
Nul(le) et non a(d)venu(e) + subst. Totalement inexistant.Déclarer quelque chose nul et non avenu; être, demeurer nul et non avenu; considérer, tenir comme nul(le)(s) et non avenu(e)(s). Elle réputerait fictivement nuls et non avenus des faits, des écrits doués d'une existence réelle et physique (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p.430). Si la vie, après la mort, tend à paraître nulle et non advenue, chaque instant, refoulé l'instant d'après dans l'équivoque, s'annule instantanément (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.138).
SC. NAT. Absent.Tige nulle; ailes nulles (Lar. Lang. fr.).
b) MATH. Qui est égal à zéro. Application, hypothèse, matrice, somme nulle. Angle, polynôme, vecteur nul (BOUVIER-GEORGE Math. 1979).
Nombre nul. Synon. zéro (Math. 1967-69).
En partic., STAT. Hypothèse nulle. Celle qui est ,,fondée sur le libre jeu du hasard`` (Ch. MULLER, Initiation aux méthodes de la stat.ling., Paris, Hachette, 1973, p.48).
c) DR. Qui est sans valeur légale, inexistant à cause d'un vice de forme. Testament nul; convention, traité nul(le); clause nulle. Le donateur ne peut réparer par aucun acte confirmatif les vices d'une donation entre-vifs; nulle en la forme, il faut qu'elle soit refaite en la forme légale (Code civil, 1804, art.1339, p.242). Le résultat infaillible de cette méthode devra toujours être de compter pour nuls les votes hostiles au gouvernement (CAMUS, État de siège, 1948, 2e part., p.258).
DR. CANON. Lorsqu'un des époux a été cause de l'empêchement qui a rendu son mariage nul, il ne peut pas lui-même en demander aux tribunaux ecclésiastiques la déclaration de nullité (MARCEL 1938).
d) SPORTS. [En parlant d'un jeu où les adversaires n'ont pu être départagés, étant à égalité] Match nul. Tu l'as mal attaqué. (...) mais après tout, milord, coup nul: c'est à refaire (DELAVIGNE, Enf. d'Edouard, 1833, III, 4, p.107). On craignait la partie nulle. On criait: —Vas-y! Vas-y fainéant! tape, hé! grande moule! (VAN DER MEERSCH, Empreinte Dieu, 1936, p.121).
e) Emploi subst.fém. Caractères (lettre, syllabe, mot ou groupes de mots) sans signification introduits dans une écriture chiffrée pour égarer les personnes auxquelles elle n'est pas destinée (d'apr. BOUILLET 1859).
2. a) Qui ne vaut rien, qui est sans valeur.
[En parlant du comportement psychol. ou mor. d'une pers.] Ces plaisirs de considération et de petite vanité sont nuls pour moi (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p.440). Ce genre de pensée mystificatrice est une activité négative. Réellement négative. Et non plus nulle (NIZAN, Chiens garde, 1932, p.187):
6. Je dis seulement que je ne fais pas état des moments nuls de ma vie, que de la part de tout homme il peut être indigne de cristalliser ceux qui lui paraissent tels.
BRETON, Manif. Surréal., 1er Manif., 1924, p.20.
[En parlant d'une activité ou d'une création intellectuelle] Des réponses nulles; une étude, un livre nul(le); des vers nuls. Sainte-Beuve ramasse les défroques les plus nulles (FLAUB., Corresp., 1853, p.326). Les histoires des journaux sont encore plus que d'habitude troubles ou nulles (HUYSMANS, Là-bas, t.2, 1891, p.58):
7. La vallée des singes m'a été vivement recommandée par Robichon et Varille; presque jamais les étrangers ne la visitent, car elle est d'intérêt à peu près nul au point de vue archéologique...
GIDE, Carnets Égypte, 1939, p.1066.
b) [En parlant d'une pers.] Dépourvu de qualités, en particulier intellectuelles. Synon. bête, idiot, nullard (fam. infra dér.), stupide. Privé de tous les talents qui séduisent, je sens que je dois être à leurs yeux insignifiant et nul (MAINE DE BIRAN, Journal, 1818, p.111). C'est vrai j'aurai un sphinx et un lustre. Tu es trop nulle pour comprendre (COCTEAU, Enfants, 1929, 1re part., p.56):
8. ... un homme (...) qui était nul, d'une de ces nullités que certains hauts fonctionnaires, sortis de leur bureau et de la société, trahissent et semblent débrider au foyer conjugal.
GONCOURT, Mme Gervaisais, 1869, p.104.
En partic. Être nul en + subst.(désignant une spécialité) Qui est complètement ignare ou incapable (dans cette spécialité). Être nul en anglais, en latin, en dessin, en musique. Je dirai: dans aucune littérature, si je n'étais aussi nul en littérature étrangère (GIDE, Journal, 1946, p.305). Des tas de cousins ou de tantes, plus ou moins membres de tiers ordres, nuls en maths, mais prodigieusement calés dans la comptabilité (H.BAZIN, Vipère, 1948, p.21).
Emploi subst. Personne nulle. Synon. nullard (fam. infra dér.), nullité, zéro. Le reste du temps, elle reçoit trop souvent la direction en politique, des plus nuls, en intelligence, des plus communs (VIGNY, Lettre à Lord, 1829, p.266). Descaves laisse percer son dégoût du monde théâtral, de ce monde où Georges Daudet, ce formidable nul, est quelqu'un (GONCOURT, Journal, 1895, p.790).
II.Pron. indéf., littér. ou lang. jur.
Rem. Certaines expressions fréquentes appartiennent cependant à la langue courante: Nul n'est censé ignorer la loi; à l'impossible nul n'est tenu.
A. —Aucune personne (ne...). Synon. personne.
1. [En fonction de suj.] Pour nous en tenir aux poëtes, nul en cet ordre second, nul, pas même le noble Schiller, n'est plus grand que Corneille (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.1, 1840, p.160). Je n'ai pas de maîtresse, Nulle ne m'embrasse Nonne, reine ou comtesse (APOLL., Casanova, 1918, I, 1, p.968):
9. Mais les plus redoutés de tous, c'étaient les Gascons du comte d'Armagnac: nuls n'étaient plus pauvres et plus mal vêtus, ni plus rudes à saccager les lieux où ils passaient...
BARANTE, Hist.ducs Bourg., t.3, 1821-24, p.178.
2. Vx. [En position de compl.] Comment justifier un ordre de choses qui ne sert à nul et nuit à presque tous? (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p.222). La cour, centre de corruption, étend partout son influence; il n'est nul qui ne s'en ressente, selon la distance où il se trouve (COURIER, Pamphlets pol., Disc. souscr. acquis. de Chambord, 1821, p.84).
3. Nul(le) au monde (ne...). Personne au monde. M. Marguillier (...) eut l'intégrité de vendre son étude assez tôt pour que nul au monde (...) ne pût soupçonner son vote d'autre utilité que celle de l'État (MALÈGUE, Augustin, t.1, 1933, p.290). Ce qu'ils recevaient l'un de l'autre, cependant ils ne le recevront de nul au monde (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p.960).
B. —[Désignant une pers. ou une chose] Synon. aucun(e).
1. Nul(le) de + subst.(désignant une pers. ou une chose). Enfin, nulles d'entre elles ne peuvent se combiner ensemble, que lorsqu'une force qui leur est étrangère les contraint à le faire (LAMARCK, Philos. zool., t.2, 1809, p.102). Nul des plus beaux spectacles: Ni la Méditerranée Avec son odeur à elle, âcre et bleue (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p.46).
2. [Employé avec un compar.] Nul(le) (mieux/moins/plus) que + subst.(désignant une pers.). Il semble que nul plus que lui n'aurait dû éprouver (...) le désespoir des souvenirs et l'impuissance de vivre avec soi (LACORD., Éloge fun., 1847, p.35). Mme Le Pesnel rougit d'aise. Nul mieux qu'elle ne pouvait apprécier le prix d'une union avec les Le Pesnel (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1937, p.39).
Rem. En phrase interr., hypothétique ou après une principale négative, nul peut s'employer sans corrélation avec ne dans un sens proche du positif. Souffrir sans être plaint, sans que nul Au récit de vos maux Se laissant attendrir, Dise: «Le malheureux, il a bien dû souffrir!» (CHÉNIER, Bucoliques, 1794, p.292).
Prononc. et Orth.:[nyl]. Att.ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist.A. 1. 842 adj. indéf. «aucun, pas un» (Serments de Strasbourg, I, 5 ds HENRY Chrestomathie, p.1); 1174 nulle part (GUERNES DE PONT-SAINTE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 2606); 2. 2e moitié Xe s. pron. indéf. nul (de) «pas une personne (parmi)» (St Léger, éd. J. Linskill, 59); ca 1170 nul autre (MARIE DE FRANCE, Lais, Yonec, éd. J. Rychner, 218). B. 1. a) 1281 adj. qualificatif «sans valeur légale» (Livre Roisin, éd. R. Monier, 90, p.63); b) 1823 bot.«qui n'existe pas» (BOISTE); c) 1828 sports (Journ. des haras, 1er juill., 217 et note 1 ds QUEM. DDL t.18); d) 1903 math. nombre nul (Nouv. Lar. ill.); 2.1559 «dépourvu de toute valeur» (AMYOT, Vies, Cat.d'Utiq, 52 ds GDF. Compl.); 1769 «d'une personne dépourvue de toute qualité intellectuelle» (J.-J. ROUSSEAU, Confessions, Livre XI, éd. B. Gagnebin et M.Raymond, p.554); 1804 [éd. 1840] être nul dans... «ignorant dans un certain domaine» (SENANCOUR, Obermann, t.1, p.151); 3. 1640 subst.fém. «zéro» (OUDIN); 1690 «caractère qui ne signifie rien et qu'on emploie dans les correspondances chiffrées pour en compliquer le déchiffrage» (FUR.); 4. 1874 le Nul «caractère de ce qui est sans valeur» (Lar. 19e). Du lat.nullus «aucun, nul», «sans valeur, sans importance». Fréq. abs. littér.:10822. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a)16807, b) 14352; XXes.: a) 14799, b) 15089.
DÉR. Nullard, -arde, adj. et subst., fam. et péj. Tout à fait nul, du point de vue intellectuel. Synon. nullité, minus habens. Elle est nullarde en anglais. C'est un vrai nullard (ROB. Suppl. 1970). C'est un nullard qui se laisse mener par le bout du nez (DUB., Lexis 1975). [], fém. [-]. 1reattest.1953 (M. BOSSARD ds FEW t.7, p.232b); de nul, suff. péj. -ard.
BBG. — BASTIN (J.). Pas, point, guère, nullement, nul, etc. In: B. (J.). Glanures gramm. Namur, 1893, pp.140-145; Rem. sur nul et point.R. Philol. fr. 1896, t.10, pp.214-219. —CLÉDAT (L.). Sur les empl. de nul. R. Philol. fr. 1899, t.13, pp.140-143. —GAATONE (D.). Ét.descriptive du syst.de la nég. en fr. contemp.Genève, 1971, pp.180-182. —MARTIN (R.). Le Mot rien et ses concurrents en fr. Paris, 1966, pp.186-189; p.200, 235, 237. —VIKNER (C.). Les Auxil. négatifs. R. rom. 1978, t.13, n° 1, pp.88-109.

nul, nulle [nyl] adj. et pron.
ÉTYM. 842, les Serments de Strasbourg; du lat. nullus.
———
I
1 Littér. (Adj. indéfini accompagné d'une négation, et placé devant le nom). Pas un. Aucun.
(Employé avec ne). || Nul homme n'en sera exempté. Personne (→ Arrêter, cit. 48). || Nulle chose ne manque. Rien. || Nulle race n'a été si bien dotée par la nature (→ Aiguiser, cit. 12). || Je n'en ai nul besoin (→ Attachement, cit. 16). 2. Pas. || Il n'avait nulle envie de briller (cit. 21). || Nous n'avions pris nulles précautions. || Nulle idée n'en approche (→ Atome, cit. 9).(Sans négation exprimée). || « Que m'avaient-ils fait ? (cit. 87). Nulle offense ». || Des choses de nulle importance, de nulle valeur.Ellipt (sans verbe exprimé). || Nulle paix pour l'impie (→ 1. Calme, cit. 12). || Nul bruit, si ce n'est le froissement (cit. 3) des feuilles.Cour. || Nul doute : l'erreur est la règle (→ Accident, cit. 5). || Nul doute que… (→ Militaire, cit. 6).
1 Il n'y a nuls vices extérieurs et nuls défauts du corps qui ne soient aperçus par les enfants (…)
La Bruyère les Caractères, XI, 54.
2 Nul astre d'ailleurs, nuls vestiges
De soleil, même au bas du ciel,
Pour illuminer ces prodiges (…)
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Tableaux parisiens », CII.
3 Ils croiront que ces monstres obéissent à des forces que nuls esprits ne peuvent définir.
France, la Révolte des anges, p. 125.
4 Fiévreuses années ! Nul répit, nulle relâche.
R. Rolland, Jean-Christophe, Le matin, II, p. 143.
(Nul, suivi de autre). || Nul autre peuple n'aurait plus besoin d'apports (cit. 5) étrangers. || Nul autre (cit. 69) que moi n'a le droit de… || Ce travail ne peut se comparer avec nul autre.(Avec une négation sous-entendue). || Homme comparable à nul autre (→ Art, cit. 22). || « La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles » (Malherbe; → 1. Garde, cit. 71). || Folie à nulle autre seconde (→ Corriger, cit. 17).
(Employé avec sans). || Agir sans nulle crainte (→ Affaire, cit. 2), sans nulle aigreur (cit. 6). || Un homme sans nulle attache (cit. 19). || Sans nulle exception (cit. 1). || Sans nul doute. Moindre (sans le moindre).
5 Pour le petit Marquis…
C'est moi-même, Messieurs, sans nulle vanité.
Molière, le Misanthrope, V, 4.
6 Celui (…) qui loue la vertu pour la vertu (…) agit simplement, naturellement, sans aucun tour, sans nulle singularité (…)
La Bruyère les Caractères, IX, 46.
7 Si ce visage était celui d'un homme, il exprimerait sans nul doute un mélange d'amertume, de colère et d'ironie (…)
G. Duhamel, les Plaisirs et les Jeux, p. 10.
Cour. Nulle part. Part (cit. 18 à 20.1).
2 Cour. ou admin. (Pron. indéf., employé comme sujet). Pas une personne. Aucun, personne.REM. Nul, pronom, ne s'emploie plus au pluriel; on peut encore l'employer au féminin lorsqu'il est proche du nom qu'il représente. || Nul n'est censé (cit. 3) ignorer la loi. || Nul ne doit être inquiété (cit. 4) pour ses opinions.À l'impossible nul n'est tenu. || « Nul n'aura de l'esprit hors nous et nos amis » (cit. 28, Molière).Prov. Nul n'est prophète en son pays (→ Ailleurs, cit. 1). || « Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert » (Musset, → Apprenti, cit. 9). || Nul ne viendra verser des pleurs (→ Arriver, cit. 26). || Un amour que nul n'oublie (→ 1. Mère, cit. 8). || Nul hormis les saints n'a jamais gouverné (cit. 13) sa vie. || Nul que moi (vx) : personne, sinon moi. || Nul mieux que lui n'est capable de… (→ Attaquer, cit. 39). || Nul depuis Hugo n'a mieux manié (cit. 16) l'alexandrin.Vx. (Sans négation exprimée). || Nous étions trois et nul de trop (→ Assister, cit. 7).Avec un complément partitif (vx ou littér.). || La sentence ne convenait à nul des deux (→ Aucun, cit. 39). || Nulle de ses sœurs (→ Approcher, cit. 47). || Nul de nous (→ Cure, cit. 2).
8 (…) nul des Baillard ne sentit la condescendance du grand seigneur chez l'évêque (…)
M. Barrès, la Colline inspirée, II.
9 (…) cette nuit-là, nul de nous ne ferma l'œil. (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, I, XVI.
10 Nul plus que moi n'admire les Pensées de Pascal, les Sermons de Bossuet; mais je les admire comme œuvres du XVIIe siècle.
Julien Benda, la France byzantine, p. 71.
11 Nul ne l'aimait, elle n'aimait personne.
Charles Plisnier, la Vertu du désordre, p. 412.
Après sans que, ne disparaît :
11.1 Vous êtes à l'âge où un homme peut s'accorder une amie sans que nul y trouve à redire.
François de Curel, l'Invitée, II, 10.
(Dans des adages). Dr. || Nul ne plaide par procureur. || Nulle peine sans loi (cf. lat. Nulla pœna sine lege).
———
II (XVe). Adj. qualificatif. (Après le nom).
1 Cour. Qui est sans existence, se réduit à rien. || Inclinaison (cit. 1) très petite ou nulle. || Différence nulle. Zéro (égal à zéro). || Probabilité pratiquement nulle (→ Cas, cit. 30). || Les risques sont nuls, il n'y a pas de risques. Inexistant. || Résultats nuls. Négatif. || Difficultés (cit. 12) considérées comme nulles. || Les difficultés insurmontables pour l'impatient (cit. 7) sont nulles pour qui a patience. || Inégalité presque nulle entre les hommes (→ Accroissement, cit. 2). || L'élevage est à peu près nul dans cette région (→ Appoint, cit. 3). || Impression nulle (→ 1. Lieu, cit. 10).
12 L'étude du droit, abaissée dans les écoles, faible chez les avocats, fut nulle chez les magistrats, chez ceux qui appliquaient le droit pour la vie ou pour la mort.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., III, III.
13 Jean Valjean (…) marcha à la grille et crispa ses deux poings sur les barreaux; la secousse fut frénétique, l'ébranlement nul. La grille ne bougea pas.
Hugo, les Misérables, V, III, VII.
14 Aussi l'ai-je tenté, mais… tentative nulle (…)
Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, III, 6.
15 Le gain peut devenir énorme, et le risque est pour ainsi dire nul.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, VI, p. 60.
Qui reste sans résultat, sans décision. || Match nul, où il n'y a ni gagnant ni perdant. || Les équipes ont fait match nul. || Partie nulle.
Dr. Qui n'a pas d'effet légal, en parlant d'un acte frappé de nullité. Caduc, invalide (vx). || Le mariage célébré entre parents est nul (→ Inceste, cit. 5; incestueux, cit. 4). || Toute disposition au profit d'un incapable sera nulle (→ Interposer, cit. 8). || Les lettres de change à échéance (cit. 2) successives sont nulles.Loc. Nul et non avenu. || Rendre nul. Annuler, annulation; infirmer, infirmatif.Par ext. Sans effet. || Billet, papier nul par expiration de délai. Périmé, suranné.
16 Un acte juridique est « nul » lorsqu'il se trouve privé d'effets par la loi, bien qu'il ait été réellement accompli et qu'aucun obstacle naturel ne le rende inutile. La nullité suppose donc essentiellement que l'acte pourrait produire tous ses effets, si la loi le permettait.
M. Planiol, Traité élémentaire de droit civil, t. I, p. 133.
2 a (1828, en sports : une course nulle, in D. D. L.). Qui ne vaut rien, pour la qualité, en parlant d'ouvrages de l'esprit, de travaux intellectuels. Mauvais (très), minable (fam.). || Cette étude, cette critique est nulle. || C'est plus que mauvais, c'est nul. || Un devoir nul, qui mérite zéro.
17 Un de mes camarades d'école nous avait devancés. Ce fut là que j'appris que les compositions de mathématiques de Max Jacob étaient si nulles qu'on avait renoncé à les corriger (…)
Max Jacob, le Cornet à dés, p. 153.
(Personnes). Sans mérite intellectuel, sans valeur. || Ce type est nul, complètement nul. Nullard, nullité. || Il est trop nul pour faire ce travail. Lamentable (→ Impulsion, cit. 7). || Il est nul, c'est un vrai cancre.
18 Il y a deux timidités : la timidité d'esprit, la timidité de nerfs; une timidité physique, et une timidité morale (…) Quand les deux timidités se réunissent chez un homme, il sera nul pendant toute sa vie.
Balzac, la Rabouilleuse, Pl., t. III, p. 971.
19 Car la majorité est souvent formée ou du moins appuyée de gens fort nuls, inertes, soucieux de leur seul repos, qui ne méritent pas d'être comptés dans l'humanité (…)
Renan, l'Avenir de la science, Œ. compl., t. III, p. 1003.
20 Tu comprends, Gérard, répétait-elle, Paul est… est incapable, il est nul, c'est un âne, un demeuré.
Cocteau, les Enfants terribles, p. 115.
Fam. || Être nul en, dans…, très mauvais dans (un domaine particulier). || Élève nul en latin. || Nul en tout.
21 Nous n'avons rien dit de son mari : vous vous rappelez qu'il n'a guère que trente ans de plus qu'elle, et que c'est une sorte de financier fort instruit quand il s'agit de l'or, mais nul dans tout le reste.
É. de Senancour, Oberman, XL.
b (V. 1980). Par ext. Fam. Sans valeur par manque de jugement. Idiot, inepte. || Elle est nulle, son idée. || C'est nul de lui avoir dit ça.N. || Quel nul !
Médiocre, sans intérêt. Ringard.C'est nul, (très fam.) nul à chier. || Son jeu vidéo est nul.Une attitude complètement nulle.(Personnes). || Elle est sympa, mais son mec est nul.N. || C'est un nul, ce type. || Bande de nuls !
3 N. f. (XVIIe). Techn. Élément chiffré (caractère, mot, phrase…) qui ne correspond à rien et qui est destiné à donner des garanties de sécurité supplémentaires. || Les nulles d'un message chiffré.
CONTR. Beaucoup, chacun, tout; tous, tout (le monde). — Important, réel. — Valable, valide. — Bon (très bon). — Éminent, fort.
DÉR. et COMP. Nullard, nullement. V. Annuler.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • nul — nul …   Dictionnaire des rimes

  • nul — nul, nulle (nul, nu l ) adj. 1°   Aucun avec négation. •   Nulle autre religion que la chrétienne n a connu que l homme est la plus excellente créature, et en même temps la plus misérable, PASC. Pens. part. II, art. 4. •   Nul mortel en ces lieux …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • nul — NUL, Ă, nuli, e, adj. 1. Care se reduce la nimic, care nu valorează nimic sau nu se manifestă in nici un fel; inexistent. ♦ (mat.) Care reprezintă valoarea zero. ♦ (Despre meciuri) Care se termină la egalitate. 2. (Despre acte juridice) Fără… …   Dicționar Român

  • nul — NUL, nulle. adj. Aucun, pas un. Nul homme, nul homme vivant. nulle ordonnance. je n en connois nul. nul de tous ceux qui y ont esté n en est revenu. nul n en sera excepté. il n a nulle raison. je n en ay nulle connoissance. celà est de nul usage …   Dictionnaire de l'Académie française

  • nul — Nul, m. Nemo, et Nullus, duquel mot il vient par apocope de la syllabe Lus, combien que l on die aussi Nully, et en aucuns lieux Nulluy, sans ce retranchement de la derniere syllabe. Mais le François, comme font l Italien et l Espagnol aussi, en… …   Thresor de la langue françoyse

  • NUL — may refer to: National University of Lesotho National Urban League, an American civil rights organization Nul (band), also spelled NuL, a South African band who base the distribution of their music on Open Source principles Nul, rulers of a… …   Wikipedia

  • Nul — Nul, a. [F. See {Null}, a.] (Law) No; not any; as, nul disseizin; nul tort. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • nul- — DEFINICIJA kao prvi dio riječi upućuje da drugi dio stoji u vezi s nulom [nul forma matematička forma kojoj su koeficijenti jednaki nuli; nul matrica matrica kojoj su svi elementi nula] ETIMOLOGIJA lat. nullus, njem. Null …   Hrvatski jezični portal

  • NUL — steht für: National University of Lesotho, die Universität Lesothos National Urban League, US amerikanische Bürgerrechtsbewegung Nullzeichen, dem Steuerzeichen in Zeichencodierungen an der Position 0 virtuelle Gerätedatei unter DOS und… …   Deutsch Wikipedia

  • nul — Mot Monosíl·lab Adjectiu variable …   Diccionari Català-Català


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.